Assurance-crédit et auto-assurance : comparatif

Conquérir de nouveaux marchés est une chose, mais être sûr de se faire payer en est une autre. Dans un contexte où l’on constate une accélération du cycle des défaillances et où il est de plus en plus difficile d’obtenir des informations sur les entreprises, comment savoir prendre des risques en connaissance de cause, tout en sécurisant ses créances ? Assurance-crédit, auto-assurance ou score de solvabilité ont longtemps été artificiellement opposés, mais peuvent-ils être complémentaires dans certains cas ? Infolegale vous propose quelques pistes de réflexions.

Un préalable : sécuriser ses créances

Le crédit inter-entreprise représente en France environ 650 milliards d’euros en 2015 (Observatoire des délais de paiement 2016). En progression constante depuis des années, ce chiffre pose les enjeux stratégiques du credit management : accepter une commande n’a plus la même signification aujourd’hui.
Le poste client peut représenter jusqu’à un tiers des actifs d’une entreprise d’où la nécessité de garder le contrôle sur celui-ci. Une entreprise ayant consenti des délais de paiement inconsidérés peut se retrouver confrontée à des impayés fragilisant sa trésorerie. Même une entreprise en bonne santé financière peut rapidement se retrouver en panne de liquidité, ce qui peut la conduire à la faillite.
Il est donc essentiel de maîtriser votre poste client en s’assurant en permanence de la capacité de vos clients à honorer leurs créances. Ce besoin d’information sur vos clients et fournisseurs est nécessaire pendant toute la durée de la relation commerciale de la prospection commerciale jusqu’à la phase de recouvrement :
 
besoin d'information : gestion risque commercial

Mais quelle solution privilégier : assurance-crédit ou auto-assurance ?

Assurance-crédit et auto-assurance : une vision différente de la gestion du poste client

Vous avez sans doute déjà pris vos précautions pour anticiper ou vous protéger contre ce genre d’éventualité. Néanmoins, vous vous demandez sans doute si vous avez pris la bonne décision.

Le choix entre assurance-crédit et auto-assurance est aussi une question de priorités.

D’un côté, l’assurance-crédit peut avoir l’avantage apparent de vous libérer de missions demandant du temps et une organisation interne dédiée au renseignement commercial.

De l’autre, l’auto-assurance permet de gérer vous-même votre poste client et peut donner l’illusion qu’elle ne coûte rien. Mais cela exige une capacité à obtenir des renseignements commerciaux de qualité (comme les solutions proposées par Infolegale).

Vous vous interrogez sur votre capacité de gérer en interne ce processus d’autant que votre portefeuille clients croit fortement ? D’autant qu’une perte sur créance peut avoir des conséquences fâcheuses et vous vous demandez s’il ne vaudrait pas mieux assurer vos arrières quitte à externaliser votre gestion du poste client.

Ou au contraire, vous vous dites que l’assurance-crédit coûte cher et, en tant qu’expert, vous souhaitez gérer vous-même votre poste client. En effet, vous connaissez sans doute mieux les spécificités de votre secteur d’activité et vos propres clients que votre assureur.

D’ailleurs, votre assurance-crédit a parfois la fâcheuse habitude de ne pas prendre de risque et, en tout état de cause, n’assurera pas forcément dans tous les cas de figure votre créance ou le montant total de votre créance. En d’autres termes, votre assurance-crédit analysera pour vous le risque à accepter une créance, ce qui pèse sur le coût réel d’une assurance-crédit.

D’autre part, si le non-dénommé a ses avantages, le pourcentage de couverture est inférieur au dénommé et se situe généralement entre 50 et 60 pourcent du montant de la créance.

Par ailleurs, l’assuré ne peut bénéficier du recouvrement en cas de récupération, par procédure amiable ou judiciaire, des factures impayés.

L’auto-assurance, quant à elle, permet de gérer vous-même votre poste client mais exige une organisation interne efficace et la nécessité de vous abonner à des solutions de renseignement sur les entreprises comme celles proposées par Infolegale.

Mais en même temps, l’assurance-crédit permet de transformer l’aléatoire en budget connu et maîtrisé, quitte à rogner fortement dans celui-ci.

Dans ce contexte, la question que vous devriez plutôt vous poser serait : devez-vous externaliser l’ensemble ou une partie de la gestion de votre poste client ?

assurance-crédit vs auto-assurance : comment choisir

Assurance-crédit et auto-assurance : des solutions modulables en fonction de votre contexte économique

Dans les faits, la problématique est un peu plus complexe que cela et dépend aussi de facteurs liés à votre environnement économique :

Premier cas de figure : peu de clients et des créances élevées :

Si vous avez peu de clients mais un montant de créances élevé, cela signifie d’une part que vous êtes en capacité de connaître tous vos clients (et de vous renseigner sur leur santé financière) et d’autre part que vous avez un intérêt stratégique à assurer vos transactions.

En effet, si votre chiffre d’affaires est assuré par quelques gros clients, votre entreprise est fortement exposée en cas d’impayé et il peut s’avérer judicieux de sécuriser vos créances en couplant assurance-crédit et renseignement commercial.

Deuxième cas de figure : beaucoup de clients et des créances faibles :

Au contraire, si vous avez beaucoup de clients mais un montant de créances plutôt faible ou moyen, il serait peu judicieux d’assurer toutes vos créances. En effet, dans ce contexte souscrire à une assurance-crédit serait trop coûteux au regard du risque encouru. Le tarif d’une assurance-crédit étant indexé sur le chiffre d’affaire des transactions (soit généralement un pour mille du chiffre d’affaire), la balance entre le risque encouru et le coût réel d’une telle solution serait trop élevée pour opter pour une telle solution.

D’autant que l’assurance-crédit pratique des tarifs spécifiques variant significativement en fonction du risque de l’entreprise assurée. Cette pratique peut être très contraignante si vous vous situez dans certains secteurs d’activité à risque : construction, CHD, industrie manufacturière, commerce...

Par ailleurs, une surveillance individualisée de chaque client vous prendrait trop de temps en considérant le risque réel encouru. Dans ce contexte, utiliser le scoring de solvabilité comme celui proposé par Infolegale est l’option la plus optimale : vous pouvez, d’une part, mettre en veille l’ensemble de votre portefeuille clients et être alerté immédiatement en cas de procédure collective ou baisse de score, et d’autre part, segmenter votre portefeuille clients par tranche de risques pour conserver une vision globale de votre poste client. Vous serez en mesure de mettre en place des actions spécifiques pour chaque segment de risque sans être pollué par des informations superflues.

Nous avions traité ce sujet dans un précédent article dans lequel nous avions schématisé la problématique comme ceci :

solvabilité entreprise : comment choisir ?

 

A retenir :

L’auto-assurance et l’assurance-crédit sont deux solutions qui s’avèrent complémentaires. L’une pouvant avantageusement combler les déficits de l’autres : notamment lorsque l’assurance-crédit s’avère trop cher ou peu efficace sur certains types de clients peu ou mal assurés ou sur certaines créances trop faibles.

 

assurance-crédit vs auto-assurance : comment choisir (bilan)

 

 New Call-to-action

Commentaires